Anni Simonet, lauréate du Mérite culinaire 2015

Anni Simonet, lauréate du Mérite culinaire 2015 de la Confrérie de la Poire à Botzi

La Confrérie de la Poire à Botzi a créé en 2009 un Mérite culinaire dans le but de récompenser un représentant des métiers de bouche ou une personnalité particulièrement méritante s’étant distinguée dans la mise en valeur de ce fruit unique, au bénéfice d’une AOP.

Jusqu’ici, le choix du jury s’est porté à trois reprises sur des restaurateurs : Pierrot Ayer (Le Pérolles, à Fribourg) en 2009, les frères Nicolas et René Ducret (Ochsen, à Guin) et Alain Bächler (Les Trois Tours, à Bourguillon) en 2014. Mais les jurés ont aussi jeté leur dévolu sur des représentants d’autres professions, à savoir un boulanger-pâtissier-confiseur (Didier Ecoffey, à Romont) en 2011, un maître agriculteur (Dominique Savary, à Sâles) en 2012 et l’animateur d’un blog culinaire (Claude-Olivier Marti, à Fribourg) en 2013.

Pour 2015, le jury a innové et a désigné pour la première fois une représentante de la gent féminine, en la personne d’Anni Simonet de Môtier dans le Vully fribourgeois. Le jury s’est dit impressionné par la prestation d’Anni Simonet dans le cadre de l’émission de la SRF (télévision suisse alémanique) « bi de Lüt ». Cette émission a réuni sept femmes paysannes de différentes régions de Suisse qui ont chacune présenté un menu. Anni Simonet a, entre autres, intégré dans le sien la Poire à Botzi, en associant cette dernière, dans le plat principal, à un magret de canard, sauce à la moutarde de bénichon, spätzlis et purée de courge. Lors de cette émission la caméra s’est longuement arrêtée sur les Poires à Botzi en phase de caramélisation et Anni Simonet – qui a enlevé le deuxième rang –  s’est exprimée de manière élogieuse sur le fruit que l’on a pu revoir lors du dressage des assiettes et lors du service. Lors du passage d’Anni Simonet dans l’émission « bi de Lüt », cette dernière a bénéficié d’un score impressionnant à l’audimat, soit quelque 600’000 téléspectateurs. La chaîne allemande SAT1 a en outre également rediffusé l’émission récemment.
Par son élégante et efficace présence sur le petit écran, Anni Simonet a offert à la Poire à Botzi une visibilité qu’elle n’aurait osé espérer. Le jury est fier de pouvoir récompenser une lauréate de sa qualité.

Epouse du vigneron Eric Simonet de Môtier, dont la réputation n’est plus à faire, Anni Simonet est originaire de Würenlos, dans le canton d’Argovie. Venue dans le Vully pour y apprendre le français, elle y est restée ! Dans la cave de son mari – Le Petit Château – elle s’occupe principalement de l’accueil des clients et de la vente des vins. Une activité dans laquelle elle excelle. Ne serait-ce que par son sens inné de l’accueil et par ses fameux gâteaux du Vully – salé ou sucrés – dont on parle loin à la ronde. Anni Simonet est la mère de trois enfants :  Fabrice, ingénieur œnologue, Stéphane, viticulteur et caviste breveté, qui travaillent tous deux dans l’exploitation familiale ainsi que Sandrine. Exemple d’intégration, Anni Simonet symbolise par ailleurs idéalement les enrichissantes valeurs du bilinguisme cher au canton de Fribourg et au district du Lac.

Lors de son chapitre annuel, la Confrérie de la Poire à Botzi a par ailleurs nommé deux nouveaux ambassadeurs éminents : Christophe Darbellay, conseiller national, pour le Valais et Alain Brunier, directeur général de l’Ecole Hôtelière de Genève, pour le canton de Genève. La Confrérie dispose déjà d’ambassadeurs dans les cantons de Zurich (Peter Enz), de Berne (René Maeder) et de Vaud (Frédéric Haenni), ainsi que d’un ambassadeur mondial en la personne de René Fasel, Président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF).

Praz, le 18 septembre 2015