René et Nicolas Ducret, lauréats du Mérite culinaire 2010

Fondée en automne 2008, la Confrérie de la Poire à Botzi s’engage, dans sa charte, à mettre en valeur par tous les moyens appropriés la Poire à Botzi, son terroir de culture, délimité par la zone AOC (obtenue en 2007), et à défendre l’identité de sa production. Elle promet également de soutenir et de promouvoir par des mesures adéquates la production de la Poire à Botzi et son amélioration. Enfin, elle affirme vouloir encourager l’utilisation sous toutes les formes de la Poire à Botzi, notamment sa consommation à l’état frais, son intégration dans des mets cuisinés ainsi que tous les produits dérivés tels que vin cuit, eau de vie, etc. L’instauration du Mérite culinaire est la concrétisation ciblée d’une partie de ces engagements.

L’an dernier, le Mérite culinaire a été décerné à Pierrot Ayer, propriétaire et chef du « Pérolles ». Pour cette deuxième édition le choix du jury s’est porté sur René et Nicolas Ducret. Patron du Restaurant « zum Ochsen » à Guin depuis avril de cette année, René Ducret y est secondé par son frère Nicolas. Mais les deux frères ont déjà travaillé ensemble pendant de nombreuses années, notamment à Vuisternens-en-Ogoz où René et son épouse exploitaient jusqu’au début de cette année l’Hostellerie des Chevaliers. Dans ce dernier établissement, la famille Ducret s’est forgée une solide réputation qu’elle perpétue aujourd’hui en Singine.

René et Nicolas Ducret possèdent tous deux un solide bagage culinaire qu’ils ont acquis et développé dans de belles maisons, certaines faisant même partie des meilleures du pays. Ils mettent aujourd’hui leur talent au service de la clientèle fribourgeoise faisant la part belle aux beaux produits et aux produits du terroir en général et à la Poire à Botzi en particulier. Cette dernière figure en bonne place dans leurs créations culinaires où elle n’est pas uniquement réduite au rôle de faire-valoir pour le gigot d’agneau de la Bénichon. Les frères Ducret savent l’intégrer dans toutes les étapes d’un repas, de l’entrée au dessert, aussi bien au naturel que via les produits dérivés que sont le vin cuit et la liqueur. Le repas qu’ils ont servi à l’occasion de la remise du Mérite culinaire de la Confrérie de la Poire à Botzi en a d’ailleurs brillamment témoigné.

Guin, le 18 septembre 2010